• Chapitre 1 : Athenya : « Les Voyageuses ».

    Je l'avais découvert par le plus grand des hasards, et mes soupçons l'avaient amenée à se confier. A mon avis,  elle devait être plutôt soulagée d'en parler à quelqu'un. –  Même s'il s'agissait de la petite sœur emmerdante-. Personne ne se doutait de ce pouvoir. Pas même nos parents, ni Fenster, ou encore Carrie.
     
    « -Quoi ! T'as pas encore finit de fermer tes valises !? S'écria une voix familière en provenance du balcon.

    Rano Pano

    -          Aah Carrie  je t'ai dis cent fois d'arrêter de passer par cette foutue fenêtre !
    -          Ca va c'était la dernière fois, marmonna l'intéressée.
    -          Mais Papa n'avait pas planqué l'échelle ?
    -          Planquée ? Elle était sous le porche, gloussa la jeune fille à la crinière de charbon.

    Rano Pano

    Carrie était pour ainsi dire, la meilleure amie de Satyn.- Et accessoirement notre voisine -. Cela faisait une dizaine d'année que ces deux petits yeux bleus marine se baladaient spontanément dans notre maison ; d'ailleurs officieusement, mes parents l'avaient adoptée, voilà pourquoi les parents respectifs des deux amies avait accepté de les envoyer à Boston ensemble. En effet, celle que je considérais comme mon autre soeur était selon moi, une danseuse sans égale. 

    Rano Pano

    -          Bon la naine, sors de ma chambre et dit aux parents qu'on arrive, sourit faussement ma sœur.
    -          Je te signale qu'elle n'est guère plus petite que toi, taquina Carrie.
    -          Ok, toi aussi dégage, s'esclaffa l'autre

    Rano Pano

    Nous rîmes  et finîmes par rejoindre le rez-de-chaussée dans les vingt minutes qui suivaient. – j'avais eu raison -.Comme je l'avais deviné, mon père croulait sous la montagne de valises et cartons apportés par Carrie, tandis que ma mère se tenait à côté de la porte, le regard presque larmoyant.
     
    « - oh M'man tu vas pas encore te la jouer sentimentale, s'écria Satyn.
    -          Soit contente qu'elle ne s'accroche pas à ta jambe comme pour Fenster, s'amusa mon père. »
     
    Oui, ma mère avait vraiment fait ça lors du départ de Fen, désolant. Nous faisions encore partie des rares familles soudées peuplant l'état. Une famille normale avec des parents normaux. Une maman poule pour un papa à l'humour parfois douteux. Normal quoi !

    Rano Pano


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 8 Juillet 2011 à 17:02

    Ahahahaha ! Elle fait rire Carrie !! Tu la vois sortit de nul part, et ben non elle vient d'la fenêtre ! x)

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :